Evaluer les modes de gestion du paysage

Les lignes directrices élaborées dans le cadre du projet HERCULES visaient à proposer un modèle d’évaluation qui pourrait inclure à la fois l’engagement des parties prenantes et une dynamique de management intégré du paysage.

Dans un premier temps, des initiatives novatrices ont été recueillies à l’échelle européenne, sous deux entrées:

  • les « bonnes pratiques » relevées par les parties prenantes locales ont été recueillies à travers 3 séries d’ateliers menés dans les cinq aires d’étude du projet,
  • une vingtaine d’initiatives complémentaires de valorisation du patrimoine ont été recueillies à l’échelle européenne, parmi 165 initialement identifiées.

Dans un deuxième temps, des exemples concrets de pratiques ont été classés sur la base de questionnements à l’interconnexion des 12 thèmes déclinant chacun les 6 axes de durabilité (Gouvernance, Cohésion sociale, Bien-être, Préservation de l’environnement, Résilience, Usage responsable des ressources) de la boîte à outil du référentiel ISO 37101 – Système de management pour le développement durable des communautés territoriales.

L’un des enseignements majeurs de la démarche est qu’il n’existe pas de recommandation généralisable à tous les paysages culturels européens. Les solutions de gouvernance doivent être engagées en fonction du contexte, de façon holistique, en tenant compte des facteurs humains et des aspects biophysiques à l’œuvre dans le paysage.

A cette fin, un cadre d’évaluation qualitative a donc été testé, à la fois pour évaluer les risques et les opportunités, rendre comptes aux acteurs locaux, et balayer les questions écologiques et socio-culturelles.

Tester notre diagnostic paysage durable

A l’échelle de la parcelle, il est proposé une méthode d’évaluation simplifiée, utilisant les fonctions de structures paysagères, pour qualifier le potentiel de biodiversité fonctionnelle visant à soutenir les pratiques de gestion paysagères soutenables.

Tester notre indice de biodiversité fonctionnelle

Publicités

Living together in landscapes

Paysage durable

Lire en français

Living together, interdependence and mutuality entail the development of collective and collaborative lifestyles that produce mutual economic and social benefits in terms of inter and intra-generational equity and social mobility (source ISO DIS 37101).

Landscape has an integrator and social role that can be highlighted in participatory gardens, and associated non-monetary exchanges (sharing services, plants, grains, etc.). Incredible Edible citizen participatory movement born in England, is disseminated today through the whole world, and drives young people to landscape, helping them find in public space the nature some are deprived.

Cultural landscapes may even cross borders, and Walls and Gardens seeks to promote and border history between France, Belgium, the Netherlands and Britain. These lands have indeed a density of fortified cities among the largest in Europe. Today, these architectural elements and past military areas are ideal places for relaxation, recreation, and natural sites of major ecological interest. Sustainable conservation of this specific heritages ensured with…

View original post 226 mots de plus

Cultural landscapes and community identity

Paysage durable

Lire en français

Culture and community identity are essential to preserve lifestyles, including intangibles such as practices, know-how, languages, spirituality and customs, while allowing or even encouraging the evolution of heritage and traditions (source ISO DIS 37101).

European Heritage Days were held in september 2014 on the theme « Cultural heritage, natural heritage ». HERCULES was part of this theme with the organization of events in each of the five program areas of study. For example, in Modbury, South West Devon, a trail was organized to reconnect people to the land through a discovery of heritage trees. All other Cultural Landscape Days organized through HERCULES shall be reported in D8.4.

P6 OK CLD ‘Cultural trees in the landscape’, Modbury, UK, (source Pip Howard)

Kodavere, other SL in Estonia is a part of Sibulatee (Onion Route), which is a set of tourism enterprises situated by Lake Peipsi. The name of it comes from the traditional…

View original post 489 mots de plus

Education through cultural landscapes

Lire en français

Cultural landscapes are recognized to improve long-term educational outcomes (Great London Authority, 2003) at several levels: connection to landscape allows hamonious cognitive development, but landscape is also at the center of educational practices.

In the Mersey Forest, forest school allows children to play in the natural environment, to acquire basic practical skills, and learn about the environment. The forest school concept is imported from Scandinavia and can be adapted to all age groups. In Denmark, it began as a good teaching practice using the external environment, giving children the freedom to play and discover nature. The concept has arrived in the UK in 1993, when a group of British teachers returned from Denmark with an enthusiasm for this new educational approach. Since 2009, project participants have worked with other schools or centers of education for adapting websites for school sessions in the forest, and are able to build accredited training projects, and coordinating practitioners. In their school setting, children can participate in two-hours weekly sessions over a minimum of six weeks. The sessions, which include activities such as building huts, cooking over a campfire, the artistic use of natural materials, help to fight against the growing alienation of children from the natural world, resulting from freedom wandering greatly reduced and increased risk aversion in society. Classes are taught outdoors in a wooded area, or within the walls of the school to help children build confidence and improve their team behavior. The Mersey Forest program helps schools and other organizations to access, create and adapt woodlands to their academic sessions in forest areas, having already made the process more than half of Merseyside schools and the North Cheshire, and helps teachers and practitioners to acquire the necessary teaching qualifications (the Mersey Forest Plan, 2014).

An important part of another program, Urbanbees, around discovery of wild bees, is reserved for education and training. School interventions, exhibitions, nature walks, lectures, nest box building workshops and professional training courses were organized to introduce wild bees to a wide audience: children, citizens, elected officials and professionals (green areas and farmers). Under the Urbanbees program, school-based interventions are programmed cycles. Different actions are proposed for students and children in Lyon metropolis. The program also offers a collection of resources for teachers (Urbanbees, 2014, teaching files and games).

education
Urbanbess Life program, Lyon (left, source Geneviève Girod), and Kodavere uavits (right, photo Krista Karro)

Landscapes offer a fecund imagery in language learning. In Vooremaa Kodavere study landscape, heritage was celebrated on Cultural Landscape Day with the publication of Kodavere dialect study book: “Kodavere Uavits” is an ABC book of the local dialect was published for children in 2015. Much of the vocabulary in the book is landscape related, featuring both object and traditions/practices.

Through the Dartmoor Vision, a multi-agency, stakeholder-driven process is developing and achieving a vision of the Dartmoor landscape in the year 2030. To achieve a vision reliant on the continuation of traditional stone working, farming, and upland practices, the Dartmoor Vision collaborates with local and regional educational facilities, and farmers, to sustain through education and practice, the functioning of the landscape. In Romania, Pogany Havas is an association of local governments, NGOs, and businesses which supports traditional agriculture through training programs and study tours for farmers, as well as involving young people in the Life-School Program, which is an opportunity to learn new skills, get involved in the local community and environmental protection projects, and take part in study tours abroad.

The Grand Parc Miribel Jonage, other HERCULES study landscape, has built a new educational environmental center L’îloz’, that organizes from spring several events around the discovery of the river Rhône and associated natural areas, on vegetable growth in the local garden, and on wild food discovery.

All these examples are elements to illustrate how the link between landscapes and education system helps strengthen the attractiveness of the area by developing heritage, social cohesion through inter-generational exchanges, well-being by the practice of educational outdoor activities, learning about the responsible use of resources and environmental protection, and resilience in the transmission of knowledge to future generations.

La nature source de bien-être

Read in english

Plusieurs études décrivent les vertus thérapeutiques de la biodiversité sur le psychisme des habitants, la présence du végétal agissant sur le bien-être psychologique et le comportement des citadins, avec une capacité particulière à rétablir la fatigue mentale, à réduire le stress, et favoriser la guérison dans les centres de soins. Devant l’inquiétude que peut générer, à l’inverse, la proliferation de certaines espèces, animales (pigeon, rat, etc) ou végétales (ex : ambroisie) une réponse peut justement être apportée par le maintien de la diversité, la complexité d’un écosystème, autrement dit la grande variabilité des espèces dans un milieu, étant un gage de bonne santé (Humanité et biodiversité, actes du colloque “Notre santé depend-elle de la biodiversité ?”, 2015).

Les animaux domestiques ont eux des effets positifs sur la santé des populations fragiles (enfants, malades, personnes âgées) et leur présence peut être encouragée dans les jardins. Le Parc de Parilly met ainsi à disposition des moutons nains de race Soay auprès de l’Institut départemental de l’enfance et de la famille (IDEF) voisin, pour favoriser le contact avec les enfants.

DEN Lyon Metropole_photo7
Le mouton Soay à l’Institut départemental de l’enfance et de la famille de Parilly – photo: Direction Espaces Naturels, Parc de Parilly

D’après Frédéric Segur, l’histoire de la question de la santé dans les politiques nature et biodiversité des grandes villes françaises a été jalonnée par quatre principaux temps passant de l’équilibre ville/nature comme condition d’hygiène et de santé  (seconde moitié du 19e siècle), à une perte de valeur de la ville fonctionnelle du 20e siècle pour les sujets d’environnement, puis à la redécouverte des enjeux qui relient nature et santé par les collectivités à la fin du 20e siècle à travers la question des pesticides, et enfin un retour vers la reconnaissance des  fonctions  et  services  écosystémiques  rendus  par la  nature, qui annonce un renouvellement des valeurs du bien vivre en ville (Humanité et biodiversité, actes du colloque “Notre santé depend-elle de la biodiversité ?”, 2015, atelier D, annexe 1).

Des chercheurs de l’Université de Columbia ont constaté que les enfants qui vivent dans les rues bordées d’arbres ont des taux d’asthme inférieurs à la moyenne. En matière de santé mentale, les arbres et espaces verts améliorent la capacité de concentration et de récupération de la fatigue mentale, réduisent les occurrences d’agression et la violence domestique, et accélèrent le temps de récupération à la suite d’opérations (Schellenbaum Lovasi, 2008). La santé stimule également l’économie. Le coût annuel des soins s’évaluant à 2 milliards de livres pour la seule Région de Liverpool, la forêt représente un investissement vital à long terme pour la qualité de vie. Afin d’aider à réduire la « fracture sanitaire » entre riches et pauvres, avec un impact particulièrement fort sur la réduction des maladies cardiaques et accidents vasculaires cérébraux, la forêt de Mersey a développé avec succès des projets mettant l’accent sur les avantages pour la santé des forêts communautaires, comme par exemple, le programme ‘Natural Choices’ avec le Service national de santé de Liverpool. La mise en place d’une cartographie des ressources de la trame verte permet de cibler les usages dans les espaces où ils sont le plus nécessaires pour lutter contre les inégalités de santé. Par ailleurs, le programme supporte le développement du couvert arboré à proximité des hôpitaux et centres de soin, et un ‘Service de Santé Naturelle’ qui s’appuie sur :

  • La création de lien social à travers des activités transgénérationnelles,
  • La promotion des activités physiques et sportives sur cheminements modes doux,
  • La sollicitation de l’attention par des espaces de contemplation et d’inspiration,
  • Le développement intellectuel par l’éducation et les jeux,
  • Le don par l’organisation d’actions de volontariat (The Mersey Forest Plan, 2014).

 

Dans le même esprit, le Jardin de Soin de l’hôpital gériatrique des Charpennes associe, sur 1 200 m² en milieu urbain, différents espaces de motricité, de sensorialité et d‘animations en art thérapie intégrant le jardinage pour des patients souffrant de la maladie d‘Alzheimer ou de pathologies liées à l‘âge notamment les accidents vasculaires cérébraux (Jardin Art et Soins, 2013).

La pratique d’activités physiques en extérieur est également bénéfique pour la santé. Le parc de la Cerisaie, situé dans le 4e arrondissement de Lyon sur la Croix-Rousse, abrite la Villa Gillet, ancienne propriété de la famille des teinturiers sur soie Gillet, qui héberge des institutions culturelles. Outre la vocation de lieu culturel consacré à la pensée et aux arts contemporains de la villa, le parc accueille plusieurs aires de jeu ainsi que des équipements de musculation. C’est un lieu de pratique de parcours d’orientation, avec un projet pédagogique élaboré dans le cadre de la convention qui lie l’Education Nationale et la Ville de Lyon, et formalisé par les Educateurs Territoriaux des Activités Physiques et Sportives (ETAPS) du Service Animation Sportive pour leur intervention en Course d’Orientation (C.O.). Ce projet vise à développer un certain nombre de compétences telles que savoir prendre les informations, lire un plan ou une carte (ressources bio-informationnelles), se déplacer et géréer son effort (ressources bio-énergétiques), de façon à apprendre à faire les bons choix d’action pour ne pas se perdre et aller vite.

girod_photo6
Activités physiques et scolaires au Parc de la Cerisaie

En gestion écologique et entretenu sans produits phytosanitaires, le parc de la Cerisaie regroupe sur une même surface des massifs d’ornement au voisinage de la villa Gillet, ainsi que des zones très largement offertes à une gestion plus naturelle, ce qui contribue à sa richesse. Sur la zone gérée extensivement, un renouvellement de certains espaces a été effectué sur la base d’arbustes indigènes (noisetiers, amélanchiers, aubépines, sureaux, sorbiers, groseilliers…). Des souches et bois mort sont laissés en place de façon sécurisée, et les pratiques de débroussaillage et tonte différenciée permettent de préserver les strates herbacées en sous-bois et pied d’arbre.

Towards landscape governance

Lire en français

From survey performed through HERCULES WP8 initiating D8.1 Stakeholders strategy, we can tell that governance is highly valued and a major expectation from stakeholders.

https://c1me.wordpress.com/2014/08/22/results-on-landscape-perception-french-survey/
Importance of governance and words weight through landscape heritage sustainable issues – Source: Landscape perception survey results, D8.1

The Mersey Forest is working with partners in the UK, Belgium and the Netherlands to share approaches and develop best practices on a European project called Green Infrastructure for Tomorrow – Together! (GIF-T) that aims to develop a ‘bottom-up’ approach for sustainable land management. For the Mersey Forest Plan, the public consultation took place over an extended timescale, and involved asking the public how they felt about trees and woodlands in Merseyside, where they would like to see more trees planted, and locations where woodlands could be better managed. The campaign included both traditional marketing methods and innovative interactive mapping too. The information gathered provided a factual basis on which to develop and implement local policy. The work has identified key areas to increase connectivity wooded landscape to help not only reduce habitat fragmentation, but also to provide a range of ecosystem services.

In Edessa, another project is a development of three riverside walkways that ‘reintroduce history, culture, and nature, and connect them to the local urban context’. When establishing green corridors in Edessa, the participation of local people has been productive throughout the planning process and execution of the project: green frame of the proposal was presented to citizens and local authorities public and private sectors, with discussions regarding advantages and disadvantages of each option. In Italy, the Conca Project includes participatory watershed planning with a range of stakeholders from local authorities, technical consultants and community members, collaboratively developing a consensual spatial plan for the conca river valley.

Natura2000 award winning 3watEr project is also a good example for reconciling interests/perceptions. The 3Water project is based in the Vijvercomplex van Midden Limburg, in the north-east of Belgium: a Natura 2000 site that aims to maintain a viable environment for nature, business and tourism. The ‘3E’ approach was key to reconciling different goals and interests. All the partners pledged to respect a balance between Economy, Ecology and Education, under Natura 2000 guidelines. The project focused on preserving local species such as the bittern (a member of the heron family) and the tree frog, through renovating ponds and wetlands, building new reed islands for the bittern and restoring traditional wet and dry heather. The results are impressive. The number of breeding pairs of bitterns has more than doubled, and the population of tree frogs is estimated to be the largest in the Benelux countries.

Another good examples that was presented on HERCULES EU level workshop are the land consolidation schemes which have been used in the Netherlands to develop landscape stewardship. After some tensions in the 70’s, the current success from the process relies on the fact that it is built on local and bottom-up initiatives which work on a participatory basis. Support from the local government comes after that action has been taken by several land managers. It is clear that land consolidation is a powerful tool for problematic regions, however stakeholder involvement is essential from the erly stage and that force of law should be avoided.

Public participation is a widely discussed topic in landscape research programs, and still a challenge to balance the need to establish modes of governance and the resistance to change associated to some projects (Pautard, 2010, VAD communication). But beyond landscape planning, there is an identified need for a « permanent dialogue », not related to the project (PDD2 Roundtable, 2015: Landscape and Sustainable Development, 2015), on the basis of mobilization « promoting a dialogue setting individual expectations, collective (and desired) intentions, and possible developments of the territory » (Y. Lazzeri, 2015 Fig . 4).

 

image-0001
Types of assistance and dominant modes of participation (information to co-design) – Source: Lazzeri et al.

This trend is now illustrated in the case of local urban micro-projects such as community gardens, or by the example of Saint Priest pocket gardens. These pocket gardens are participatory projects of beautification on public spaces originally « abandoned » and maintained by volunteer residents who plant flowers, shrubs, etc. Meeting the demand of the inhabitants of natural areas, the city of Saint-Priest has implemented these small public spaces (foot tree, street corners, etc.) upon which residents take ownership to flourish and plant to their liking. « As an urban beautification program, pocket gardens are also an opportunity to create links between the inhabitants and the town hall, and get greater respect for public space by the inhabitants. » In November 2011, there were 14 in operation pocket gardens and 12 project in different areas of the city: Tree foot house fronts, building feet, curbs, and other areas of several meters square. The approach has to involve neighborhood councils, the Association Passe-garden, and conventions and agreements have been signed with the various owners / users / site managers. Ownership of the process by the inhabitants relied on twenty people mobilized over 200 neighborhood councils guests, with still a sustainable operation today. The project benefited to residents-gardeners who were trained by practicionners from Green space service to the neighborhood that got living conditions improvement, to technicians with building relationships with residents, and to elected officials who take advantage of the improving the image of the city. This project is inspired, among others, of the Vancouver « Green Street » initiative, from which the city practitionners took the concept. The objective is the appropriation of this public space by residents, between residents, and one of the keys to success is participation of the city technicians, with the enthusiasm of the elected representatives (DREAL Rhône-Alpes, 2012).

Saint Priest_photo1
Saint-Priest pocket gardens (Source : Saint Priest city)
This article is part of HERCULES WP6 « Re-coupling social and ecological landscape components » and shall be presented to the symposium on  Eco-system services, with abstract here.

Le jardin, lieu de créativité artistique et d’innovation

Read in english

Le jardin s’offre comme lieu de créativité et d’innovation, à travers le jeu des plantations, mais aussi de la représentation artistique. Le cheminement en extérieur facilite la découverte, et offre l’accès pour tous à des émerveillements de toutes natures.

Ainsi, le Musée d’art en plein air de Pedvale, Lettonie a été ouvert par le sculpteur Ojars Arvids Feldbergs en 1991 et est maintenant un monument historique d’Etat. Ses 100 hectares couverts de champs cultivés, prairies fleuries, collines, rivière et forêts sont un endroit idéal où les professionnels créatifs, – sculpteurs, peintres, graveurs, artistes – sont libres de s’exprimer et sont encouragés à tirer leur inspiration de la nature en utilisant des matériaux locaux. La collection permanente du musée comprend plus de 150 œuvres d’art qui ont été créées au cours des symposiums et des ateliers, ainsi qu’une présentation des œuvres de Ojars Feldbergs et des expositions temporaires d’artistes locaux et étrangers, avec un nouveau thème chaque année.

A une autre échelle, au Jardin des Plantes de la ville de Nantes, les installations artistiques de l’illustrateur Claude Ponti ont attiré près de 1 million de visiteurs, avec des créatures fantastiques tout droit sorties de l’imaginaire de l’artiste, qui invite le public à jouer avec toutes les œuvres et à faire tinter les Clochers-Pots, buller avec le Sous-fleur, faire parler Simone-la-voix-de-la-gare et finir en détente parmi les mille Cousspoussins… pour le plus grand plaisir des petits et des « grands enfants ».

 

Source : Geneviève Girod
L’Appouare vagabonde mirante, Claude Ponti, Jardin des Plantes, Nantes

Mais le parcours peut aussi faire appel à d’autres sens que l’approche visuelle. Pour Gilles Malatray, « Inviter des structures, des institutions et des publics, à explorer de nouveaux paysages sonores, parcourir la ville comme la campagne en considérant ces milieux comme de véritables espaces auriculaires esthétiques n’est pas un simple geste artistique. Aborder et raconter de nouveaux territoires d’écoute, c’est partager des lieux de vie par l’oreille, aménager de vraies et sincères relations humaines, entrevoir des approches écologiques, sociales, patrimoniales… C’est privilégier la diversité des approches, postures, façons de faire, d’entendre et de faire entendre collectivement. » Ses Points d’ouïe et paysages sonores partagés sont des leviers de valorisation d’espaces aussi beaux que fragiles, « à la constitution d’un ensemble de traces – outils, mis à la disposition de l’habitant, de l’artiste, du chercheur, de l’enseignant, du politique, de l’aménageur… (…) à la croisée des chemins d’écoute, là où les choses les plus incertaines, les plus fluctuantes, les plus passionnantes peuvent voir le jour. » (Gilles Malatray, Desartsonnants, 2016).

L’espace vert offre aussi des voies pour l’innovation. Dans la forêt de Mersey, une méthodologie innovante de cartographie géospatiale a permis de fournir une base factuelle sur laquelle développer et mettre en œuvre la politique locale. Les domaines clés pour accroître les interconnections du paysage boisé ont été identifiés afin de fournir une aide non seulement pour réduire la fragmentation de l’habitat, mais aussi pour proposer toute une gamme de services éco-systémiques, tels que :

  • la production de bois,
  • la régulation du climat,
  • la gestion de l’eau,
  • les loisirs et tourisme,
  • le bien-être,
  • l’éducation,
  • la culture.

En matière de recherche vers la résilience, en aidant à la conservation de la diversité génétique, ou en offrant un espace d’expérimentation, la Fondation SAVE est l’organisation européenne chapeau pour la sauvegarde de la diversité agricole. Sa mission est la conservation et la promotion de la diversité culturelle génétique. Un accent particulier est mis sur la survie des races menacées d’animaux d’élevage et des espèces de plantes cultivées. La maîtrise d’une bonne palette horticole et le maintien de variétés locales de fruits et de légumes, qui se démarqueraient d’une production standardisée, en valorisant l’adaptation au sol et climat locaux, et restant attractive pour la micro-faune est à ce tire un réel enjeu.

Ainsi, sur le Parc technologique Porte des Alpes, le Grand Lyon et l’entreprise Tarvel se sont associés avec les cuisines du Golden Tulip pour créer un potager aidant à la conservation des variétés anciennes lyonnaises. Les graines qui y sont cultivées sont, pour l’essentiel, celles de fruits et légumes presque disparues ou en voie d’extinction, originaires du territoire. Elles sont précieusement conservées par le Centre de Ressources de Botanique Appliquée de Lyon (CRBA), dans la continuité du programme intitulé « Fruits, légumes et fleurs du bassin lyonnais : un patrimoine culturel et biologique à connaître et à conserver », engagé par le laboratoire du CNRS « Ressources des terroirs – Cultures, usages, sociétés ». Un travail de mise en culture de variétés potagères locales préservées par le CRBA est également mené sur le Parc de Parilly pour les tomates, poivrons, melons, courges, basilic… Le CRBA, qui maintient également des variétés horticoles représentatives de la biodiversité domestique lyonnaise et gère la base de données Horti-Lyon, est par ailleurs implanté sur le Parc de Lacroix-Laval, qui cultive une partie des légumes patrimoniaux dans le potager du château, ainsi que de nombreux fruitiers. Un projet de coopération franco-russe est aujourd’hui engagé et supporté par la Fondation De Natura, pour soutenir l’institut Vavilov, plus ancienne banque de semences du monde qui sauvegarde vraisemblablement une partie de l’avenir alimentaire de l’humanité, dans ses missions pour enrichir la diversité végétale cultivée.

DLPB Lyon Metropole_photo5
Conservation de semences potagères locales au potager du parc technologique de Saint-Priest, en collaboration avec le CRBA – crédit photo: Direction logistique, patrimoine et bâtiment, Métropole de Lyon

S’il est parfois difficile de trouver le juste équilibre entre des jardins très horticoles et pauvres en biodiversité, et des friches de nature dont l’acceptabilité par le public est encore fragile, l’une des réponses peut passer par le soutien de la biodiversité domestique, qui contribue à la préservation du patrimoine végétal, horticole et nourricier des jardins publics, et qui se rattache à une histoire. La recherche de conceptions innovantes valorisant des mariages d’indigènes et d’horticoles, et la création de nouvelles synergies entre paysagistes et écologues peuvent permettre d’aller à la rencontre des parties prenantes, faisant appel à la perception, la sensation et l’émotion.

Cet article est extrait d’une présentation intitulé « Recoupler les composantes socio-culturelles et écologiques des espaces naturels urbains » destinée au colloque Services Eco-systémiques : apport et pertinence dans les milieux urbains, dont le résumé est disponible ici.