Towards landscape governance

Lire en français

From survey performed through HERCULES WP8 initiating D8.1 Stakeholders strategy, we can tell that governance is highly valued and a major expectation from stakeholders.

https://c1me.wordpress.com/2014/08/22/results-on-landscape-perception-french-survey/
Importance of governance and words weight through landscape heritage sustainable issues – Source: Landscape perception survey results, D8.1

The Mersey Forest is working with partners in the UK, Belgium and the Netherlands to share approaches and develop best practices on a European project called Green Infrastructure for Tomorrow – Together! (GIF-T) that aims to develop a ‘bottom-up’ approach for sustainable land management. For the Mersey Forest Plan, the public consultation took place over an extended timescale, and involved asking the public how they felt about trees and woodlands in Merseyside, where they would like to see more trees planted, and locations where woodlands could be better managed. The campaign included both traditional marketing methods and innovative interactive mapping too. The information gathered provided a factual basis on which to develop and implement local policy. The work has identified key areas to increase connectivity wooded landscape to help not only reduce habitat fragmentation, but also to provide a range of ecosystem services.

In Edessa, another project is a development of three riverside walkways that ‘reintroduce history, culture, and nature, and connect them to the local urban context’. When establishing green corridors in Edessa, the participation of local people has been productive throughout the planning process and execution of the project: green frame of the proposal was presented to citizens and local authorities public and private sectors, with discussions regarding advantages and disadvantages of each option. In Italy, the Conca Project includes participatory watershed planning with a range of stakeholders from local authorities, technical consultants and community members, collaboratively developing a consensual spatial plan for the conca river valley.

Natura2000 award winning 3watEr project is also a good example for reconciling interests/perceptions. The 3Water project is based in the Vijvercomplex van Midden Limburg, in the north-east of Belgium: a Natura 2000 site that aims to maintain a viable environment for nature, business and tourism. The ‘3E’ approach was key to reconciling different goals and interests. All the partners pledged to respect a balance between Economy, Ecology and Education, under Natura 2000 guidelines. The project focused on preserving local species such as the bittern (a member of the heron family) and the tree frog, through renovating ponds and wetlands, building new reed islands for the bittern and restoring traditional wet and dry heather. The results are impressive. The number of breeding pairs of bitterns has more than doubled, and the population of tree frogs is estimated to be the largest in the Benelux countries.

Another good examples that was presented on HERCULES EU level workshop are the land consolidation schemes which have been used in the Netherlands to develop landscape stewardship. After some tensions in the 70’s, the current success from the process relies on the fact that it is built on local and bottom-up initiatives which work on a participatory basis. Support from the local government comes after that action has been taken by several land managers. It is clear that land consolidation is a powerful tool for problematic regions, however stakeholder involvement is essential from the erly stage and that force of law should be avoided.

Public participation is a widely discussed topic in landscape research programs, and still a challenge to balance the need to establish modes of governance and the resistance to change associated to some projects (Pautard, 2010, VAD communication). But beyond landscape planning, there is an identified need for a « permanent dialogue », not related to the project (PDD2 Roundtable, 2015: Landscape and Sustainable Development, 2015), on the basis of mobilization « promoting a dialogue setting individual expectations, collective (and desired) intentions, and possible developments of the territory » (Y. Lazzeri, 2015 Fig . 4).

 

image-0001
Types of assistance and dominant modes of participation (information to co-design) – Source: Lazzeri et al.

This trend is now illustrated in the case of local urban micro-projects such as community gardens, or by the example of Saint Priest pocket gardens. These pocket gardens are participatory projects of beautification on public spaces originally « abandoned » and maintained by volunteer residents who plant flowers, shrubs, etc. Meeting the demand of the inhabitants of natural areas, the city of Saint-Priest has implemented these small public spaces (foot tree, street corners, etc.) upon which residents take ownership to flourish and plant to their liking. « As an urban beautification program, pocket gardens are also an opportunity to create links between the inhabitants and the town hall, and get greater respect for public space by the inhabitants. » In November 2011, there were 14 in operation pocket gardens and 12 project in different areas of the city: Tree foot house fronts, building feet, curbs, and other areas of several meters square. The approach has to involve neighborhood councils, the Association Passe-garden, and conventions and agreements have been signed with the various owners / users / site managers. Ownership of the process by the inhabitants relied on twenty people mobilized over 200 neighborhood councils guests, with still a sustainable operation today. The project benefited to residents-gardeners who were trained by practicionners from Green space service to the neighborhood that got living conditions improvement, to technicians with building relationships with residents, and to elected officials who take advantage of the improving the image of the city. This project is inspired, among others, of the Vancouver « Green Street » initiative, from which the city practitionners took the concept. The objective is the appropriation of this public space by residents, between residents, and one of the keys to success is participation of the city technicians, with the enthusiasm of the elected representatives (DREAL Rhône-Alpes, 2012).

Saint Priest_photo1
Saint-Priest pocket gardens (Source : Saint Priest city)
This article is part of HERCULES WP6 « Re-coupling social and ecological landscape components » and shall be presented to the symposium on  Eco-system services, with abstract here.
Publicités

Le jardin, lieu de créativité artistique et d’innovation

Read in english

Le jardin s’offre comme lieu de créativité et d’innovation, à travers le jeu des plantations, mais aussi de la représentation artistique. Le cheminement en extérieur facilite la découverte, et offre l’accès pour tous à des émerveillements de toutes natures.

Ainsi, le Musée d’art en plein air de Pedvale, Lettonie a été ouvert par le sculpteur Ojars Arvids Feldbergs en 1991 et est maintenant un monument historique d’Etat. Ses 100 hectares couverts de champs cultivés, prairies fleuries, collines, rivière et forêts sont un endroit idéal où les professionnels créatifs, – sculpteurs, peintres, graveurs, artistes – sont libres de s’exprimer et sont encouragés à tirer leur inspiration de la nature en utilisant des matériaux locaux. La collection permanente du musée comprend plus de 150 œuvres d’art qui ont été créées au cours des symposiums et des ateliers, ainsi qu’une présentation des œuvres de Ojars Feldbergs et des expositions temporaires d’artistes locaux et étrangers, avec un nouveau thème chaque année.

A une autre échelle, au Jardin des Plantes de la ville de Nantes, les installations artistiques de l’illustrateur Claude Ponti ont attiré près de 1 million de visiteurs, avec des créatures fantastiques tout droit sorties de l’imaginaire de l’artiste, qui invite le public à jouer avec toutes les œuvres et à faire tinter les Clochers-Pots, buller avec le Sous-fleur, faire parler Simone-la-voix-de-la-gare et finir en détente parmi les mille Cousspoussins… pour le plus grand plaisir des petits et des « grands enfants ».

 

Source : Geneviève Girod
L’Appouare vagabonde mirante, Claude Ponti, Jardin des Plantes, Nantes

Mais le parcours peut aussi faire appel à d’autres sens que l’approche visuelle. Pour Gilles Malatray, « Inviter des structures, des institutions et des publics, à explorer de nouveaux paysages sonores, parcourir la ville comme la campagne en considérant ces milieux comme de véritables espaces auriculaires esthétiques n’est pas un simple geste artistique. Aborder et raconter de nouveaux territoires d’écoute, c’est partager des lieux de vie par l’oreille, aménager de vraies et sincères relations humaines, entrevoir des approches écologiques, sociales, patrimoniales… C’est privilégier la diversité des approches, postures, façons de faire, d’entendre et de faire entendre collectivement. » Ses Points d’ouïe et paysages sonores partagés sont des leviers de valorisation d’espaces aussi beaux que fragiles, « à la constitution d’un ensemble de traces – outils, mis à la disposition de l’habitant, de l’artiste, du chercheur, de l’enseignant, du politique, de l’aménageur… (…) à la croisée des chemins d’écoute, là où les choses les plus incertaines, les plus fluctuantes, les plus passionnantes peuvent voir le jour. » (Gilles Malatray, Desartsonnants, 2016).

L’espace vert offre aussi des voies pour l’innovation. Dans la forêt de Mersey, une méthodologie innovante de cartographie géospatiale a permis de fournir une base factuelle sur laquelle développer et mettre en œuvre la politique locale. Les domaines clés pour accroître les interconnections du paysage boisé ont été identifiés afin de fournir une aide non seulement pour réduire la fragmentation de l’habitat, mais aussi pour proposer toute une gamme de services éco-systémiques, tels que :

  • la production de bois,
  • la régulation du climat,
  • la gestion de l’eau,
  • les loisirs et tourisme,
  • le bien-être,
  • l’éducation,
  • la culture.

En matière de recherche vers la résilience, en aidant à la conservation de la diversité génétique, ou en offrant un espace d’expérimentation, la Fondation SAVE est l’organisation européenne chapeau pour la sauvegarde de la diversité agricole. Sa mission est la conservation et la promotion de la diversité culturelle génétique. Un accent particulier est mis sur la survie des races menacées d’animaux d’élevage et des espèces de plantes cultivées. La maîtrise d’une bonne palette horticole et le maintien de variétés locales de fruits et de légumes, qui se démarqueraient d’une production standardisée, en valorisant l’adaptation au sol et climat locaux, et restant attractive pour la micro-faune est à ce tire un réel enjeu.

Ainsi, sur le Parc technologique Porte des Alpes, le Grand Lyon et l’entreprise Tarvel se sont associés avec les cuisines du Golden Tulip pour créer un potager aidant à la conservation des variétés anciennes lyonnaises. Les graines qui y sont cultivées sont, pour l’essentiel, celles de fruits et légumes presque disparues ou en voie d’extinction, originaires du territoire. Elles sont précieusement conservées par le Centre de Ressources de Botanique Appliquée de Lyon (CRBA), dans la continuité du programme intitulé « Fruits, légumes et fleurs du bassin lyonnais : un patrimoine culturel et biologique à connaître et à conserver », engagé par le laboratoire du CNRS « Ressources des terroirs – Cultures, usages, sociétés ». Un travail de mise en culture de variétés potagères locales préservées par le CRBA est également mené sur le Parc de Parilly pour les tomates, poivrons, melons, courges, basilic… Le CRBA, qui maintient également des variétés horticoles représentatives de la biodiversité domestique lyonnaise et gère la base de données Horti-Lyon, est par ailleurs implanté sur le Parc de Lacroix-Laval, qui cultive une partie des légumes patrimoniaux dans le potager du château, ainsi que de nombreux fruitiers. Un projet de coopération franco-russe est aujourd’hui engagé et supporté par la Fondation De Natura, pour soutenir l’institut Vavilov, plus ancienne banque de semences du monde qui sauvegarde vraisemblablement une partie de l’avenir alimentaire de l’humanité, dans ses missions pour enrichir la diversité végétale cultivée.

DLPB Lyon Metropole_photo5
Conservation de semences potagères locales au potager du parc technologique de Saint-Priest, en collaboration avec le CRBA – crédit photo: Direction logistique, patrimoine et bâtiment, Métropole de Lyon

S’il est parfois difficile de trouver le juste équilibre entre des jardins très horticoles et pauvres en biodiversité, et des friches de nature dont l’acceptabilité par le public est encore fragile, l’une des réponses peut passer par le soutien de la biodiversité domestique, qui contribue à la préservation du patrimoine végétal, horticole et nourricier des jardins publics, et qui se rattache à une histoire. La recherche de conceptions innovantes valorisant des mariages d’indigènes et d’horticoles, et la création de nouvelles synergies entre paysagistes et écologues peuvent permettre d’aller à la rencontre des parties prenantes, faisant appel à la perception, la sensation et l’émotion.

Cet article est extrait d’une présentation intitulé « Recoupler les composantes socio-culturelles et écologiques des espaces naturels urbains » destinée au colloque Services Eco-systémiques : apport et pertinence dans les milieux urbains, dont le résumé est disponible ici.

L’espace vert comme vecteur d’éducation

Read in english

Selon la Great London Authority, les espaces verts améliorent à long terme la performance éducative. Cela peut se traduire à plusieurs niveaux, non seulement du fait de l’existence même de l’espace qui permet un développement cognitif hamonieux, mais aussi à travers les pratiques éducatives mises en oeuvre par le gestionnaire.

Par exemple, dans la Forêt de Mersey, l’école forestière offre aux enfants un apprentissage et des voies d’exploration par le jeu en milieu naturel, avec l’acquisition de compétences pratiques élémentaires, leur permettant d’en apprendre davantage sur l’environnement dans un cadre boisé. Depuis 2009, les acteurs du projet ont travaillé avec les écoles et autres centres d’éducation locaux pour adapter les sites aux sessions scolaires en forêt, et proposent des programmes de formation accrédités, ainsi que la coordination des praticiens. Ces sessions pratiques contribuent également à alimenter une base de données de recherches sur l’expérience et les bénéfices de l’école forestière pour les élèves, les enseignants et les parents.

Une place importante d’un autre programme, Urbanbees, visant à faire découvrir les abeilles sauvages, est réservée aux actions de sensibilisation et de formation. Interventions scolaires, expositions, balades naturalistes, conférences, ateliers de construction de nichoirs et formations professionnelles ont été organisés pour faire découvrir les abeilles sauvages à un large public: enfants, citoyens, élus et professionnels (espaces verts et agriculteurs). Dans le cadre du programme Urbanbees, des cycles d’interventions en milieu scolaire sont programmés. Différentes actions sont porposées pour les élèves de cycle 3 et les collèges de la Métropole de Lyon ainsi que les lycées. Le programme propose en outre une collection de ressources destinées aux enseignants (dossiers pédagogiques et jeux).

girod_photo2
Découverte des abeilles sauvages, programme Urbanbees au Parc République, Meyzieu

Ils sont aussi vecteurs d’une imagerie féconde en matière d’apprentissage du langage. Dans l’aire détude estonnienne du programme HERCULES, une journée du patrimoine a été organisée autour du dialecte de Kodavere, avec la publication d’un abécédaire local.

kodavere uavits
Présentation de l’abécédaire Kodavere Uavits lors des Journées du patrimoine 2015, photo Krista Karro, Vooremaa Kodavere, Case study landscape HERCULES programme

Sur une autre aire d’étude d’HERCULES, à Colmenar Viejo, les étudiants et scolaires de la commune ont participé à un atelier sur les paysages visuels et sonores, leur permettant d’apprendre la photographie paysagère et de pratiquer l’enregistrement d’ambiances sonores. Cette démarche artistique, les conduisant à expérimenter une nouvelle façon de regarder le paysage et d’exprimer leur relation avec l’environnement, a donné lieu à une exposition des photos et des enregistrements sonores, au cours de laquelle leurs parents ont réalisé l’importance du paysage dans la contribution au développement personnel de leurs enfants.

Ces quelques exemples sont autant d’éléments permettant d’illustrer comment le lien entre espaces verts et système éducatif contribue à renforcer :

  • l’attractivité du territoire par la valorisation du patrimoine,
  • la cohésion sociale par les échanges inter-générationnels,
  • le bien-être par la pratique d’activités éducatives de plein air,
  • l’apprentissage de l’usage responsable des ressources et de la préservation de l’environnement,
  • et la résilience par la transmission des connaissances aux générations à venir.
Cet article est extrait d’une présentation intitulé « Recoupler les composantes socio-culturelles et écologiques des espaces naturels urbains » destinée au colloque Services Eco-systémiques : apport et pertinence dans les milieux urbains, dont le résumé est disponible ici.

Vers une gouvernance partagée de la nature en ville

Read in english

L’Axe 3 du Plan Nature en ville vise à Promouvoir une culture et une gouvernance partagées de la nature en ville sur la base de 5 engagements :

  • Connaître la perception de la nature par les habitants
  • Développer les démarches d’information et de sensibilisation
  • Renforcer les compétences des professionnels sur la biodiversité
  • Constituer un centre de ressources sur la nature en ville
  • Favoriser la participation des citoyens aux projets d’espaces urbains de nature.

Une enquête réalisée au démarrage du projet HERCULES pour mieux cerner les besoins et attentes concernant les modes de gestion du paysage a été proposée en ligne sur l’outil Soorvey.com, diffusée sur les réseaux sociaux, et les réponses de 258 participants ont été enregistrées. Afin d’analyser les réponses apportées à la question ouverte « Quels sont vos principaux besoins et attentes au regard des enjeux de gestion du paysage ? », les terminologies ont été retranscrites à l’aide de la méthode d’étude des représentations sociales (Abric, 2003), et dans un nuage de mots où le mot ayant été évoqué le plus de fois apparait en plus gros. Une grande majorité des participants évoque la qualité de vie et le bien-être, particulièrement dans les villes, avec un désir d’harmonisation entre les espaces verts et les constructions. Les questions de la « connaissance » et de la « concertation » sont souvent apparues comme un besoin de renforcer l’implication des parties prenantes dans l’aménagement du cadre de vie, pour renforcer l’identité locale à travers la transmission de valeurs culturelles, héritages de l’existant. La gouvernance apparait ainsi au centre des préoccupations.

https://c1me.wordpress.com/2014/08/26/resultats-denquete-sur-la-perception-du-paysage/
Importance des enjeux de développement durable associés au patrimoine paysager – Source : Résultats d’enquête sur la perception du paysage

Dans la forêt de Mersey, par exemple, la consultation publique s’est étalée sur une longue période, et a permis de demander au public son ressenti sur les arbres et les forêts du Merseyside, les lieux où densifier les plantations d’arbres, et les endroits où améliorer la gestion forestière, pour un usage responsable des ressources. La campagne comprenait deux méthodes de marketing traditionnelles accompagnées d’une cartographie interactive innovante. Les informations recueillies ont fourni une base factuelle sur laquelle développer et mettre en œuvre la politique locale. Le travail a identifié des domaines clés pour accroître la connectivité du paysage boisé pour aider non seulement à réduire la fragmentation de l’habitat, mais aussi pour fournir toute une gamme de services écosystémiques.

La participation du public fait toutefois encore l’objet de débats entre la nécessiré d’établir des modes de gouvernance et celle d’affronter des résistances au changement portées par certains projets (Pautard, 2010, communication VAD). Une première réponse est apportée par le besoin identifié d’une « concertation permanente », non liée au projet (Table ronde PDD2, 2015), sur la base d’une mobilisation « favorisant une mise en dialogue des attentes individuelles, des intentions collectives, et des évolutions envisageables (et désirées) d’un territoire » (Y. Lazzeri, 2015, Paysage, développement durable, et participation citoyenne, recueil Biodiversité, paysage et cadre de vie, sous la direction d’Yves Luginbühl).

Typologie des interventions et modes dominants de participation (de l’information à la co-conception) - Source - Lazzeri et al
Typologie des interventions et modes dominants de participation (de l’information à la co-conception) – Source : Lazzeri et al.

Cette tendance est aujourd’hui illustrée dans le cas de microprojets locaux tels que les jardins partagés, ou ici à travers l’exemple des jardins de poche de Saint Priest. Ces jardins de poche sont des projets participatifs d’embellissement de la ville portant sur des espaces publics initialement « délaissés » et entretenus par des habitants volontaires, qui y plantent fleurs, arbustes, etc. Face à la demande des habitants d’espaces de nature, la ville de Saint-Priest a mis en place ces petits espaces publics (pieds d’arbre, coins de rue, etc.) que les habitants s’approprient pour les fleurir et les planter à leur goût. « Programme d’embellissement urbain, les jardins de poches sont également l‘occasion de créer des liens entre les habitants et avec la mairie, et de mieux faire respecter l’espace public par les habitants ». En novembre 2011, il y a eu 14 jardins de poche en fonctionnement et 12 en projet dans les différents quartiers de la ville : pieds d’arbre, devantures de maison, pieds d’immeuble, bords de trottoir, et autres espaces de quelques mètres carrés. La démarche a permis d’associer les Conseils de quartiers, l’Association Passe-jardin, et des accords et conventions ont été passés avec les différents copropriétaires / usagers / gestionnaires des sites. L’appropriation de la démarche par les habitants s’est appuyée sur une vingtaine de personnes mobilisée sur les 200 conseils de quartier invités, avec un fonctionnement pérenne aujourd’hui. Le projet a bénéficié aux habitants-jardiniers qui ont été formés auprès du service Espaces verts, au voisinage qui profite de l’amélioration du cadre de vie, aux techniciens avec la création de liens avec les habitants, et aux élus qui profitent de l’amélioration de l’image de la ville. Ce projet est inspiré, entre autre, de l’initiative « Green Street » de la ville de Vancouver. L’objectif est l’appropriation de cet espace public par les habitants, avec quelques interrogations au départ, les habitants se demandant si c’était bien leur rôle de faire les choix de jardinage pour la parcelle, pour aboutir à la création des liens entre les habitants, et garantir la convivialité et le respect des espaces publics, mais également pour améliorer le cadre de vie à coté de chez soi, et offrir aux habitants de nouveaux espaces de jardinage et de nature. L’adhésion à la démarche des techniciens de la ville, sous la forme de volontariat est l’une des clés de succès, avec l’enthousiasme des élus. La démarche s’incrit dans l’Axe 2 du Plan Nature en ville visant à développer les espaces de nature en quantité et en qualité, avec le développement d’ espaces de nature de proximité, et l’Axe 3 visant à Promouvoir une culture et une gouvernance partagées, en favorisant la participation des citoyens aux projets d’espaces urbains de nature. (source : DREAL Rhône-Alpes – Fiche action 4)

Jardins_de_poches
Les jardins de poche de Saint Priest – Photo Service espaces verts de Saint Priest
Cet article est extrait d’une présentation intitulé « Recoupler les composantes socio-culturelles et écologiques des espaces naturels urbains » destinée au colloque Services Eco-systémiques : apport et pertinence dans les milieux urbains, dont le résumé est disponible ici.

Développer les circuits courts : un label et une marque au service du territoire

Développer les circuits courts: un label et une marque au service du territoireLes Saveurs du Grand Parc est une démarche qui encourage producteurs, distributeurs, transformateurs et consommateurs à privilégier les produits bio et locaux.
L’atelier est organisé avec le programme européen HERCULES, qui cherche à valoriser le patrimoine et les savoir-faire locaux comme facteur clé de l’aménagement durable du territoire. Il s’inscrit dans un travail visant à promouvoir des politiques de gestion responsables via les outils développés sur les six aires d’études européennes, dont fait partie le Grand Parc. Les enjeux abordés ici sont notamment d’explorer les moyens mis en oeuvre par la collectivité pour encourager la production et/ou la consommation locale, tout en renforçant l’attractivité du territoire.
Par ailleurs, dans le cadre de la démarche Grand Parc 2030, le SYMALIM invite ses élus et partenaires à réfléchir sur les orientations stratégiques pour l’avenir. Cet atelier s’inscrit dans cet objectif afin de nourrir la future Charte des espaces naturels et agricoles.

Génie végétal et ingénierie végétale : compétences, réglementation et bénéfices

Génie végétal et ingénierie végétale : compétences, réglementation et bénéfices Soil and water bioengineering: skills, regulations and benefits

Le génie végétal, ou génie biologique, désigne la mise en œuvre des techniques utilisant les végétaux et leurs propriétés mécaniques et/ou biologiques pour le contrôle de l’érosion des sols, la restauration de milieux dégradés et la dépollution des sols et des eaux pollués. L’ingénierie végétale désigne la conception des projets d’application du génie végétal ou génie biologique. Aujourd’hui, la filière de ces deux domaines est en plein essor, en particulier en France et en Europe, où le cadre réglementaire (notamment la Directive cadre européenne sur l’eau) a instauré la nécessité de mettre en œuvre des techniques douces pour lutter contre l’érosion des sols et pour restaurer les milieux dégradés en général. Depuis peu, les acteurs de cette filière se structurent pour mieux se connaître et mettre leurs compétences en synergie. Les questionnements de la sphère scientifique permettent en particulier de mieux identifier les bénéfices que les milieux naturels et les populations retirent des actions par et/ou pour le vivant. Ainsi, tous expriment leurs besoins de compétences et de savoir-faire, de connaissances et de données scientifiques, ainsi que de formation tant initiale que continue. C’est sur l’ensemble de ces points que le colloque souhaiterait faire le point et proposer des avancées…

Soil and water bioengineering: skills, regulations and benefits

Soil and water bioengineering represents the implementation of techniques using plants and their mechanical and / or biological properties for soil erosion control, restoration of degraded environments and remediation of polluted soil and water. Engineering refers to the design of projects for the implementation of bioengineering. Today, the sector of these two areas is developing, particularly in France and in Europe, where the regulatory framework (including the European Water Framework Directive) introduced the need to implement soft techniques for soil erosion control and to restore degraded environments. Recently, stakeholders in this sector have been aiming at improving their knowledge and using their synergy skills. Questions posed in the scientific sphere allow a better identification of the benefits that natural populations provide, and the influence of man on the environment. Therefore we need to unite our skills and expertise, knowledge and science, as well as training. The conference will focus on these points and provide advanced discussion and debate…
Link to flyer